Le recrutement au PSG, comment ça marche?

mars 16, 2010

Comme ça, à peu près.

Publicités

I’M A BANANA

janvier 23, 2010

Une histoire de grévistes qui font chier (2) mais là genre ils faisaient vraiment super chier

décembre 19, 2009

Carnet de bord du capitaine, coefficient espace temps AAAAAAAAAAAH FUCK 18 DECEMBRE.

Je me casse du taf à 17h40, tranquille, pas trop tard mais pas trop tôt non plus, je pars après les assistantes mais avant les chefs en gros, je suis à ma place (si on oublie que je me suis pointé à 10h passées mais C’ETAIT A CAUSE DES TRANSPORTS OK ET J’AI PAS FAIT EXPRES DE FAIRE SONNER LE REVEIL A 8H AU LIEU DE 7).

J’entreprends mon désormais trajet habituel, Ecole Militaire – Madeleine (8) puis Madeleine – St Lazare (14). St Lazare qui est pénible comme d’hab, mais alors arrivé sur les quais Un monde juste hallucinant, il devait y avoir 200 personnes en train de poireauter devant chaque écran, un truc de malade. Je checke vite fait l’écran… ah bah Y a pas mon train pour les Mureaux c’est quoi ce merdier?

Au micro une annonce retentit, mais elle est absolument inaudible et pourtant j’ai viré mes écouteurs. Encore du travail de pro ça Finalement, au bout de la 3e annonce je comprends que la grève s’est étendue à St Lazare et que les trains intercités sont fortement en bordel. Et puis histoire de loler, les rares trains maintenus sont victimes « d’avaries », ah zut ça c’est con alors sad.gif

Bref je poireaute voir si mon train est annoncé… et au bout de 15mn nan, toujours rien à destination de Poissy, donc j’en ai marre je me casse. Objectif RER A, j’opte pour la Gare de Lyon histoire de maximiser mes chances d’être assis.

Le retour vers la 14 est un putain de parcours de combattant, et une fois monté la ligne est blindée, j’ai la chance de me retrouver à côté d’un putain de couple de quarantenaires niais

Une fois à Gare de Lyon, les portes refusent de s’ouvrir Ah lol, y avait une connasse qui cachait les affiches « PORTE CONDAMNEE » depuis 5mn! Rush vers la porte la plus proche, avec des putains de lambins devant qui prennent bien leur temps. Ne pas se presser en dehors des quais soit, je le fais, mais quand t’es dans une rame avec le risque de te retrouver coincé comme un gland, chais pas y a ptet moyen de se bouger là quand même

Et me voilà donc à errer dans la GdL, à la recherche d’un RER A… que je finis par trouver, avec l’écran de contrôle qui mentionne « Pour Poissy, correspondances à La Défense ».

Il est alors 18h55, je dois être à La Défense avant 19h30 vu qu’en principe y a plus de RER après. Sauf que c’est pas franchement la porte à côté. Je prends la ligne 1 (possible erreur), et au terme de 25 longues minutes de trajet (mais une fille avec des beaux yeux bleus à un moment wub.gif ) j’arrive à La Défense.

RUSH VERS LE QUAI DU A

Tellement rush que je me plante et me retrouve direction Marne La Vallée Mais hey, c’est le genre de petits trucs qui pimentent la vie. La mienne à ce niveau c’est un tube de harissa. Finalement arrivée sur le bon quai, un train! Ah il est vide, et le classique «  Madame Monsieur le train à quai ne prend pas de voyageur ».

«  Mais un train à destination de Poissy arrive très bientôt, vie d’ma mère si je mens je vais en enfer ».

Et effectivement un train arrive… ah tiens, pourquoi y a Poissy qui vient de s’illuminer sur le quai en face?

«  Madame Monsieur le train qui entre actuellement en gare NE PREND PAS DE VOYAGEUR, HAHA JE VOUS AI BIEN EU LES FILS DE PUTES C’EST EN FACE LE VRAI je suis si drôle »

Et donc rush vers le quai d’en face, sauf qu’il y avait déjà la race de monde. Environ 5 rangées devant moi et c’est comme ça sur tout le quai, je sens bien que ça va être infernal, mais vu l’heure c’est probablement le dernier train, pas le choix. Donc au moment où ça arrive j’ai suivi le troupeau, me suis fait pousser, ai un peu poussé aussi mais pas fort et en disant pardon, et j’ai réussi à rentrer, accompagné d’environ 100 autres personnes dans le wagon. Et parce qu’on rigole jamais assez, le conducteur croit bon de lancer au micro:

«  Merci de ne pas gêner la fermeture des portes  »

J’ai pour la première fois perdu un peu patience et lâché un « connard ». J’avais ma zique donc je sais pas trop si je l’ai dit fort, apparemment suffisamment pour que quelques personnes entendent, ça les a fait marrer bon c’est toujours ça.

Commença alors le trajet en RER le plus long de toute l’histoire de l’humanité, parce que quand t’es compressé comme ça le temps passe pas vite, et aussi parce qu’on s’est arrêtés 5 fois entre Nanterre et Houilles. Derrière moi y a un mec qui poussait des soupirs chelou, j’ai cru qu’il allait caner, bref c’était festif.
Et à 20h15 j’arrive enfin à Poissy, soit 2h45 après m’être cassé du bureau. Merci les cons

Une histoire de caca

décembre 19, 2009
Ceci s’est déroulé le 17 Décembre mais j’avais la flemme de le mettre ici.

C’est désormais une certitude, on peut pas chier tranquille dans ce ministère

Après la chasse d’eau maléfique, les mouches à merde, j’ai subi les assauts d’une nouvelle forme de vie nuisible: le technicien.

Donc j’étais là, en train de chier tranquillou, quand soudain j’entends deux gars qu’arrivent en parlant fort. Bon jusque là rien d’anormal, les gens ici ayant tendance à parler de façon à ce que la moitié de l’étage les entende, et puis aller pisser en même temps, bon si ça les éclate pourquoi pas.

Sauf que là ils continuent de parler, et au son (j’ai une ouïe surdéveloppée comme le Sentinel) j’entends qu’ils sont plantés dans l’entrée. Soudain les voix se rapprochent, rapprochent, ils sont là, juste devant ma porte. Retentit alors un cri bestial.

« AH Y A KEKUN LA »

Là je sens direct que je vais pas aimer la suite. Ils s’éloignent, continuant à brâmer « y a kekuuuuuuuuun « … puis reviennent. Cette fois le cri se fait plus menaçant, et s’accompagne même d’intimidation physique puisque ça frappe à la porte.

« Y A KEKUN LA?  »

EVIDEMMENT QUE Y A KEKUN MONGOLITO T’EN CONNAIS BEAUCOUP DES PORTES QUI SE FERMENT A CLE TOUTES SEULES?

C’est non sans contrariété que j’entame alors la phase de fermeture des portes d’évacuation, histoire de retourner dans des endroits plus calmes. Du coup hop, je sors, je vois mes deux nemesis en train de discuter devant l’autre porte (celle des fameuses chiottes pour handicapés),je leur envoie un regard du type « TIENS Y A PLUS KEKUN MAINTENANT TU PEUX Y ALLER »… et me voyant, ils se barrent

putain, ils m’ont pourri mon caca du midi en me forçant à abréger, et au moment où je cède ils se CASSENT?

POURRITURES

Une histoire de grévistes qui font chier

décembre 17, 2009

Le Mardi 15 Décembre fut une journée intense. Vu que j’avais une formation à Lyon à 10h, je devais prendre un train à 7h24, ce qui m’a fait me lever à 5h  Dur dur, surtout en s’étant endormi à 1h tout en ayant pioncé 3h la nuit d’avant. Mais bon, j’y suis arrivé quand même, parce qu’il y faut bien que j’aie la win à un moment dans la journée.

Ensuite la win est retournée se pieuter parce qu’elle avait la flemme, me laissant seul affronter le froid pisciacais (je me lasse pas de ce mot et pourtant dieu qu’il est laid) en pleine nuit. J’arrive à la gare à genre 5h40, il est fait mention d’aucun train alors que le site indiquait un trafic dès 5h20  Mais bon, animé par ma naïveté matinale, je vais quand même sur le quai, confiant (vous avez remarqué l’allitération en « q »? bon en même temps elle sert à rien c’était juste histoire de caler un mot savant). Justement le train est là, cool . Au bout d’une minute passée à le contempler, je réalise que c’est quand même pas trop normal qu’il soit là vu qu’il est annoncé pour 5h50 en principe, et qu’il arrive de Mantes la Jolie. Et soudain, la brutale vérité. Le contrôleur, d’une voix de gros connard arrogant qui a bien décidé de faire chier son monde:

« Non mais descendez du train svp, ce train ne prend pas de voyageur, prochain train 6h50 « .

ET SON PETIT CAHIER DE MERDE LAAAAAAAAAAAAAAAAA

6h50… le 6h50 qu’est genre dans une heure ou l’autre? Un rapide micro-trottoir semble indiquer qu’il s’agit bien d’attendre une putain d’heure pour espérer choper un putain de train. Y a rien eu concernant des grèves sur le transilien pourtant, mais visiblement y a deux ou trois connards qui se sont dit que hey, y a pas de raison que ce soit toujours les mêmes qui glandent au bistrot aillent dans la rue défendre l’honneur et la fierté du peuple français opprimé et bientôt Libre, alors on aurait qu’à dire qu’on ferait chier l’usager nous aussi, y a pas de raison.

Bon du coup je rentre chez moi (ça à Cergy je pouvais pas le faire, en même temps à Cergy je prenais pas le RER donc ça allait, j’ai pu vivre heureux sans), j’en profite pour chier un coup (j’avais pas envie à la base pourtant, mais les circonstances ont fait que), et je repars. Je regarde vite fait l’écran de contrôle des RER, « SUPPRIME SUPPRIME SUPPRIME SUPPRIME » . Mais à part ça, service minimum d’un train sur deux en heure de pointe, ça s’équilibre sur une saison sans doutes. Bon en tous cas le transilien est là, oh il a bien 5 minutes de retard quand même, histoire de marquer le coup. Il est donc 6h55, j’ai un train dans 29 minutes à Gare de Lyon, tout va bien 

Dans le transilien un mec parle et rigole tout seul, j’ai un peu peur, surtout qu’il a pas l’air vieux. Me dirige-je vers ce funeste destin moi aussi? Et putain ma gorge est sèche, j’ai besoin d’un ice tea frais.

7h10, j’arrive à St Lazare. Direction la 14, qui est genre à l’autre bout de la planète, je monte à 7h15. 7h16 Madeleine, 7h17 Pyramides, 7h20 Chatelet, j’y crois à mort là, 7h23 GdL, j’y crois déjà moins, j’arrive sur le quai à 7h26, et j’entends siffler le train, j’entendrai siffler ce train toute ma vie  Bon heureusement je peux faire échanger mon billet et prendre le suivant à 7h54, soit une arrivée à Lyon à 9h54, tendu le timing.

Je suis monté dans un TGV duplex pour la première fois, c’est pas mal! ohmy.gif Mais heureusement le trajet a apporté son lot de bizarreries. Derrière moi, encore un gars qui parle, sauf que lui en plus il fait des bruits super chelou et forts  même avec les écouteurs je l’entends et je balise un peu.

Puis arrive le contrôleur ou peu importe son nom, le mec qui parle dans le micro quoi. Visiblement en duplex live de la planète Mars, car il débite des propos incompréhensibles, marmonne, bafouille. A un moment il entame une phrase « Nous vous prions de ». Et puis plus rien . Du coup moi je flippe un peu, je me dis que je deviens sourd et tout sad.gif Et puis 5 bonnes secondes plus tard « prions de bien vouloir passer vos appels téléphoniques sur les passerelles ». What the fucking fuck man.

Et il conclut par « la ligue des chemins de fer vous souhaite un agréable voyage ». Alors visiblement la ligue des chemins de fer c’est comme la ligue des gentlemen extraordinaires, mais sous acides. Pourquoi pas après tout, si ça les occupe.

Quand soudain le drame. Le train freine brusquement, il règne comme un air de « oh putain d’sa mère la pute de suicidé de mes deux  » dans la voiture. D’interminables secondes s’écoulent, et Zuul de la ligue des chemins de fer fluo avec des Bambi qui courent dessus s’adresse à nous:

« Mesdames messieurs… »

(je l’imagine alors en mode « I move away from the mic to breathe in », ou alors en mode « François… j’ai de mauvaises nouvelles à t’annoncer, assieds-toi »)

« … un bar est à votre disposition voiture 14 bla bla »

MAIS ON S’EN BRANLE DE TON PUTAIN DE BAR LE TRAIN EST IMMOBILISE EN PLEINE VOIE 

Et finalement le train redémarre pépère, putain ces mecs sont vraiment sur une autre planète. Le reste du voyage je déroule tranquillement, j’arrive à Lyon à 9h54 (ça fait 3 fois de suite que j’écris 45 et que je suis obligé de corriger), et l’ATIH a la bonne idée d’être sur le même boulevard que la gare, malheureusement c’est au 117 et la gare est environ au 3. S’ensuit une marche peu passionnante, et enfin j’arrive.

Me voilà à l’étage, ah tiens y a que des portes verrouillées par un badge  Sauf que j’en ai pas moi de badge. Bon bah je vais aller demander à l’accueil… ah bah non faut également un badge pour aller demander un truc à l’accueil  Finalement coup de bol une porte s’ouvre, je m’engouffre. Je suis en retard évidemment, mais mon pote/collègue a prévenu, du coup je suis accueilli chaleureusement par un « ah! ». (faut mettre un point ou pas là?)

Si on exclut le fait que mon manque de sommeil a pesé, j’ai bien aimé cette formation. En théorie, l’ATIH et la DHOS sont pas super copains, ils ont besoin l’un de l’autre mais tels des enfants terribles, ils se font autant de coups de pute que possible. On était donc techniquement en terrain ennemi, sauf que là c’était de la stat, de la vraie, on était entre gens bien élevés (et pourtant y avait un supporter de l’OM, mais ça je l’ai su que plus tard), pas de sous-directeurs pour foutre la merde avec des histoires de politique qui n’intéressent qu’eux, nan, juste un groupe de jeunes gens pas encore pervertis par le Grand Capital, réunis en ce lieu par amour du chiffre et de la base de données hospitalière. Bref on est bien, c’est un peu le woodstock de la statistique, à part que tout le monde s’est lavé ce matin.

 

A part ça tout se passe bien, après la pause déjeuner m’est tombé dessus le traditionnel coup de barre, puis à 16h c’était fini. Sauf que moi à la base j’ai un train pour 21h, je pensais finir plus tard que ça et flâner un peu avant de repartir. Mais non en fait, parce qu’il y a juste rien dans ce quartier sad.gif Du coup hop je vais échanger à la borne, qui refuse mon billet flambant neuf . Je réessaie, re-refusé . Borne d’à côté, refusé. Putain un billet dont j’avais pris le plus grand soin quoi, avec leurs machines de merde ils dépassent les bornes.

Finalement je récupère un billet pour 17h, à 17h05 je dormais je crois. A un moment je sens qu’on me tape sur l’épaule, NON LAISSEZ MOI JE VEUX PAS MOURIR LAISSEZ MOI CONNAITRE L’AMOUR VRAI AVANT SVP DONNEZ MOI 10 ANS, 20 ANS GRAND MAX 

Finalement c’était juste le contrôleur, je me suis rendormi jusqu’à Paris après. Et si vous avez tenu jusque là, réjouissez-vous! Car le meilleur arrive, réservé aux fidèles.

Après avoir erré un peu à Gare de Lyon pour retrouver la 14, j’arrive à Saint Lazare qui est décidément le pire endroit de tous les temps. Ca se bouscule, ça fonce, j’essaie de slalomer et puis au bout d’un moment merde, s’ils font pas d’efforts je vais pas en faire non plus. Je me rends compte que j’ai loupé le train de 19h16 pour 30 secondes, mon flegme me permet de passer outre. Le 19h36 est annoncé voie 14 (attention: ce détail n’a aucune importance), je m’y rends donc, dépassant péniblement les inévitables lambins.

Durant les 10 minutes d’attente se succèdent les annonces d’annulation pour « pannes matérielles ». Ah bah c’est sûr que dire « putain d’enculé de feignant qui veut pas se bouger le cul » ça passe moins bien au micro, et puis c’est long à dire en plus. Enfin bon, c’est moche pour les gens concernés, mais tant que c’est pas mon train après tout…

« Mesdames messieurs votre attention s’il vous plait, en raison d’une panne matérielle l’acheminement du train de 19h36 à destination de Poissy et des Mureaux est actuellement retardé ».

Grogne générale aux alentours, puis 5mn plus tard.

« Mesdames messieurs votre attention s’il vous plait, en raison d’une panne matérielle nous sommes contraints de supprimer le train de 19h36 à destination de Poissy et des Mureaux ».

« Prochain train à destination de Poissy voie 20 à 19h53 ». Ah ok! sympa d’annoncer ça à 19h50, mais heureusement à 19h55 y avait toujours rien.

Et à 20h

« Mesdames messieurs votre attention s’il vous plait, le train à destination de Mantes la Jolie, initialement prévu à 19h53 »

A ce moment là quelque chose s’est brisé en moi, j’ai perdu la notion du temps, je me souviens plus trop quand je suis monté dans le train, quand j’ai repris conscience j’étais chez moi, en train de finir ce message.

Chants parisiens

décembre 16, 2009

UNE EQUIPE A PARIS – Le numéro 1 enfin dispo alors que personne ne l’attendait!

décembre 15, 2009

UEAP01

17/11/2009 – Une histoire de chasse

novembre 22, 2009

Je sors d’une réunion, bon bah y a pas à chier (enfin si mais pas dans ce paragraphe) j’aime pas les réunions, surtout quand j’ai rien à dire. J’aurai au moins vu la bibliothèque du ministère, et elle a de la gueule.

Mais si je prends la parole en cette heure tardive, c’est surtout parce qu’il m’est encore arrivé quelque chose d’horrible cet aprem.

Ca se passe vers 14h30, Mathieu (c’est moi mais je pense qu’un récit à la 3e personne augmente l’intensité du récit, comme avec Pierre Bellemare) a besoin de satisfaire une envie pressante de fréquence biquotidienne environ. En clair Mathieu a envie de chier, il a Christophe Colombin qui frappe furieusement à la porte, mû par une irrépressible envie de reprendre la mer dans les plus brefs délais.

Mathieu se rend donc aux toilettes, évidemment. Et là c’est le drame (le second de la journée donc): y a déjà quelqu’un qui fait caca. Heureusement, le ministère de la santé a aussi prévu des toilettes pour handicapés. Mathieu s’y dirige avec satisfaction, par défaut certes mais quand même avec satisfaction. Il s’installe et largue rapidement les amarres, se laissant peu à peu bercer par les flots pendant deux bonnes minutes.

Soudain, une tempête: la putain de chasse d’eau vient de se mettre en marche, sans que Mathieu ne lui demande rien! Surpris et le cul mouillé, il entreprend donc d’écourter le voyage, le temps d’essuyer le pont supérieur. Et là bam, re-tempête, puis 10 secondes après tempête, au final ce sont pas moins de 7 catastrophes successives qui s’abattent.

C’est haletant et au bord des larmes que Mathieu sort de cette expérience traumatisante, jamais plus il ne cèdera à la facilité des toilettes pour handicapés. Une pensée pour eux d’ailleurs, déjà que leur vie doit pas être marrante tous les jours, si en plus ils doivent se faire laver le cul toutes les 15 secondes c’est quand même pas sympa.

17/11/2009 – Une histoire de RER

novembre 22, 2009

Joli combo ce matin!

Le réveil sonne à 6h45, je me dis « bah », et du coup il resonne à 6h55, je me dis « bah ». A 7h03 je me lève en panique avec la conviction qu’il est genre 8h, j’arrive à la gare, hétéroclite.

Aussitôt me retrouve-je devant l’un de ces dilemmes cornéliens à même de changer le cours d’une vie: RER ou transilien? Les deux partent à la même heure, mais le RER offrant généralement la garantie d’une place assise (et moins de vieux), j’opte pour ce dernier.

ERREUR FATALE

En effet le RER était déjà presque plein, mais heureusement pas totalement donc ça va. Au loin une fille refait son maquillage, je la soupçonne d’être franchement moins jolie sans mais par contre elle a une poitrine dont l’opulence est fort satisfaisante donc ça va.

Le train démarre donc, plein de monde monte à Achères Grand Cormier (nan j’rigole, quel connard irait vivre dans ce trou ), par contre à Maisons-Laffitte et du PQ pour mon Sartroutrou ça se blinde fortement.

Quand soudain c’est le drame!

Le conducteur annonce un « malaise de passager », les gens debout et compressés râlent, moi je suis assis mais je râle intérieurement par solidarité parce que merde à la fin. Et jusqu’à La Défense, chaque arrêt en gare dure environ 10mn, tranquille. A Nanterre il en dure même 15, parce que bon les conducteurs RATP ils ont des principes, c’est quand même pas des putains de suicidés qui vont les mettre en retard ils se débrouillent très bien tous seuls. Mais par contre de la fenêtre je voyais une fille avec un très beau regard donc ça va.

Finalement le train part en direction de la Défense, entre temps mon regard se porte sur une blonde très classe (ça aura son importance plus tard) et elle aussi dôtée de très beaux yeux (ça par contre ça n’a aucun intérêt scénaristique mais j’aime bien les beaux yeux, tant par la couleur que la forme ou l’expressivité du regard). Le train arrive à la Défense, y a genre LA RACE DE MONDE alors que d’habitude le train se vide pas mal à cette gare. Bon.

(j’ai jugé utile de sauter une ligne à cet endroit)

5 minutes passent, le train est toujours pas parti mais vu les circonstances précédentes pas de raison de s’alarmer. 10 minutes, l’agacement monte d’autant que sur la voie en face il y a des trains qui partent, eux, et dans la même direction. Au bout de 15mn la blonde précédemment évoquée passe en mode guedin et sort insulter copieusement les agents RATP, perdant à cette occasion toute classe à mes yeux mais je pense qu’elle s’en remettra.

Il semble, d’après les agents RATP susmentionnés, que le chauffeur ne soit même plus dans le train en fait, le mec s’est cassé prendre un café tranquillou.

Du coup hop, je me casse moi aussi sur la voie en face, et arrive enfin à Auber au terme d’un trajet fluide mais pénible. Me voilà enfin sur le quai de la ligne 8, y a 5 fois plus de monde que d’habitude donc je laisse passer un métro, je laisse passer deux métros, je laisse passer trois métros, je laisse passer OUIIIIIIIIIIIIIIIII QUATRE A LA SUITE

Et c’est pas fini! Car ça reste le bordel dans le métro, ça pousse, et là un mec qui ressemblait un peu à Pascal Légitimus passe en mode KESKIAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA et commence à engueuler un gars à côté, limite ils ont failli se fighter, mais en fait quand ils ont vu qu’ils avaient pas assez de place pour bouger les bras ils ont renoncé donc ça va.

Et je suis enfin arrivé au ministère, où je suis allé direct en pause café parce que merde.

Et le plus merveilleux dans tout ça, c’est qu’à aucun moment je n’ai perdu ma patience légendaire. Je ressors de cette matinée de merde avec sourire et bonne humeur, je me demande quand même combien de temps ça durera. Dans le doute, demain je prends le transilien.

Sony releases new stupid piece of shit that doesn’t do the goddamn thing it’s fucking supposed to

novembre 22, 2009